Murof et Ankama
WAKFU est un MMORPG édité par Ankama. "MuroForum" est un site non-officiel sans aucun lien avec Ankama.
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 37 le Ven 8 Nov 2013 - 21:56
Synthèse du Forum
Murof Community, Forum non-officiel des univers d'Ankama, ouvert le Mer 10 Nov 2010 - 16:12.

Nous somme le Ven 28 Juil 2017. Le Forum est donc âgé de 2451 jours.

La Murof Community compte actuellement 107 membres. Le dernier arrivant s'appelle MarcellaReming.

Nombre de posts à ce jour : 41622
Nombre de topics à ce jour : 495
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Meilleurs posteurs
Vlad' (3670)
 
Mimi (3574)
 
Moinonminou (2866)
 
Fao (2683)
 
Ninar (2239)
 
Ritreku (2228)
 
Kamilla (1912)
 
Jeananas (1780)
 
Boofmwa (1522)
 
Cat :p (1477)
 

Derniers sujets
» Héééé!
Mer 19 Juil 2017 - 3:20 par Pan

» La musique que vous écoutez en ce moment~
Ven 15 Avr 2016 - 11:56 par Zebik

» C'EST QUI LA REINE?
Sam 5 Déc 2015 - 5:40 par Ninar

» Quand on veut, on peut pas toujours forcément, mais ça aide !
Mar 6 Oct 2015 - 12:24 par RYOUKE

» Second souffle
Jeu 1 Oct 2015 - 20:28 par Pan

» Topikaflood...?
Jeu 1 Oct 2015 - 17:59 par Ninar

» Nouvelle : Le Songe
Lun 28 Sep 2015 - 15:42 par Shola

» [Jeu Sans Mot] - La version Murof.
Dim 16 Aoû 2015 - 18:18 par Ruinemaru

» Le Multi-Contes
Jeu 13 Aoû 2015 - 15:38 par Invocage

» Ruinemaru au porte de la ville
Sam 8 Aoû 2015 - 2:59 par Mimi

» La Galerie de Kagu'
Ven 7 Aoû 2015 - 23:13 par Mimi

» Pokemob
Jeu 6 Aoû 2015 - 16:42 par Ruinemaru

» Il est temps maintenant
Mer 29 Juil 2015 - 19:16 par RYOUKE

»  ¤*[les dessins signés le chat]*¤
Mar 28 Juil 2015 - 22:03 par Ruinemaru

» Les dessins de Mimi la gameuse 8D
Mar 28 Juil 2015 - 21:26 par Ruinemaru

» ♦ Kaotika ♦ (En cours)
Mar 21 Juil 2015 - 17:52 par Shola

» KernavALPINPIN01
Dim 12 Juil 2015 - 19:30 par Cat :p

» Caitlyn Jenner
Dim 12 Juil 2015 - 19:29 par Cat :p

» Japan Expo 2015 o/
Jeu 2 Juil 2015 - 12:12 par Ninar

» ANNECY 2015
Lun 1 Juin 2015 - 21:19 par Mimi

Liens divers
Voici une liste de liens utiles aux utilisateurs du MuroForum. Pour tout ajout de liens quelconques, merci d'envoyer un Message Privé à Kamilla ou Ninar.

Liens internes
Page d'accueil
Portail du Forum
Calendrier des Event
Galerie
Liste des membres
Modèle de présentation
Murof, la fiction Originelle
Le coin détente

Liens externes
Ankama.com
Site officiel Wakfu
Fan-Arts du forum officiel
Imageshack
Noelshack
DeviantART
Tumblr
YouTube
Googles
Icon generators
Japanese emoticons

Pour une poignée de larmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour une poignée de larmes

Message par Cephear le Sam 29 Mar 2014 - 20:48


(Musique de Dan Bruington, je ne clame aucun droit dessus.)

L'île de Sberg, en voilà une idée, pourquoi est-ce qu'il irait là-bas ? Pourquoi ? Ce n'est qu'un vaste désert dont les grains de sables sont blancs et le moindre contact avec ces derniers procure une sensation de froid, comme si la glace se formait directement sur votre chair, malgré les couches de cuir ou de fourrure.

Mais de toute façon, je me fichais de sa raison, je suis venu, j'ai fait tout ce chemin avec ce bateau qui empestait les épices, je déteste naviguer et pourtant je n'avais pas d'autres choix, on ne fait pas passer une bande de mercenaires par un zaap, c'est trop dangereux, trop imprévisible et surtout, trop prévisible qu'un de ces idiots se sauve une fois payé, mais nous étions là, sur cette fine couche de glace sûrement éternelle désormais, il y avait moi, le capitaine du bateau, un homme potelé recouverts de lourds habits de fourrure prévu pour le voyage, bien qu'il gardait une certain élégance, sûrement vu la qualité de ses haillons qui venait caresser d'elle-même la pupille de vos yeux.

Des dizaines de types qui avaient tous la même armure marron de cuir, avec quelques parcelles de fourrure, dont seul le casque ou l'arme permettait de savoir à peu près qui était qui, leur chef lui, avait un dit casque des plus étranges, long, mais peu large, dont la visière n'était rien d'autre qu'une gueule de bête aux dents acérées, sûrement un crâne d'une créature qu'il avait tué.

Un Osamodas, actuellement en forme de Dragosa, qu'il avait prise dès son premier pas sur la glace, une épaisse armure de plaques, écarlate aux bordures dorées cachait tout son corps, si ce n'est son visage, long par sa forme draconique, dont la mâchoire était recouverte d'une épaisse barbe elle-même rouge comme le sang, tout comme sa longue chevelure, aussi longue que la mienne.

Et finalement, un crâ, si on se fie au magnifique arc pendant du bas de son dos, alors que son armure, ou plutôt son manteau au col des plus hauts cachait son identité, accompagné d'un chapeau à plume dont l'ombre était bien trop épaisse pour être naturelle, sûrement un artifice magique pour le cacher.

"Messieurs ? Vous êtes prêts ?", En voilà des mots pour me sortir des mes pensées, la petite voix fébrile du foutu noble, bien qu'elle soit faible, imposa un silence d'or et fit déposer à tous les hommes une attention des plus amples sur sa petite personne, tel un général qui s’apprêtait à donner ses ordres.


"Vous savez tous pourquoi vous êtes là, si ce n'est pas le cas, demandez à un autre homme en chemin, nous n'avons pas le temps, vous suivrez l'homme à l'arc, c'est votre guide, pour ma part, je remonte sur le bateau, sachez que si vous ratez la date du départ, vous devrez vous débrouiller pour le reste de la paie et surtout, rentrer."

En voilà des mots aussi froid que la température de l'île, mais il avait raison, j'approuvais et je me contenta de hocher la tête, contrairement à cette petite troupe d'hommes en cuir, qui vinrent reprendre leurs dires dans un brouilla qui me dit me demander s'ils arrivaient eux-même à s'entendre entre eux, mais bon, ce n'est pas mes affaires et avant même que le petit homme ne se mit en marche vers son navire, le dit guide vint prendre la marche, sans attendre vers ce qui semblait un chemin éternel, dont la vision était masquée par l'épaisse tempête de neige qui faisait voler ma cape au vent et recouvrir ma crinière blanche d'une couche encore plus ample de cette couleur de neige.

J'hésitais, mais on m'a toujours appris qu'hésiter c'est la mort, et apparemment, je fut le premier à le suivre, rapidement suivi par la dizaine d'hommes aussi bruyants qu'un troupeau de moogrs et ensuite, par le géant draconique, et très rapidement, la côté sur laquelle le navire avait accosté vint se faire invisible à nos yeux, le blizzard se faisait de plus en plus ample, tellement que le froid semblait déjà s'emparer de nos chères confrères marrons, certains tremblaient telle une feuille, j'avais la chance de pouvoir user de ma magie pour contrer cela, le géant lui, ne semblait pas déranger, fixant l'horizon droit devant-lui, je devrais d'ailleurs faire de même, mais...

"Où est-ce qu'-..." Coupé net dans ma phrase, après avoir perdu de vue l'archer, mes pieds vinrent me manquer, ou plutôt l'appui, la neige, la glace, peu importe ce qui était sous mes pieds disparu, plusieurs mètres derrière-moi il en était de même et d'un coup, je me retrouva sous le dos, glissant sur une pente interminable de glace, suivi par les hommes et le Géant qui s'arrêta net, lui, en s'accrochant aux parois  de nos deux côtés, j'ai tenté, mais en vain, ma vitesse était trop grande, à peine le périple commença que nous étions déjà dans une bien pénible situation et pourtant, ce n'était que le début...

Deux minutes de longue glissade, j'ai compté, je compte toujours et nous vinrent atterrir ou plutôt chuter dans un vide, une crevasse dont l'obscurité était rompue par de petits cristaux coincés dans la glace de ce long couloir vertical, mon premier réflexe fut bref, mais je sais désormais qu'il m'a sauvé la vie, j'ai dégaine ma lame et planté la paroi de glace la plus proche, ma chute fut ralentie, mais la glace semblait fondre sous ma lame et en très peu de temps, je repris une descente, moins dangereuse, une descente rythmée par un premier lieu des cris d'hommes, ceux n'ayant pas eu ce geste, puis des lourds bruits de choc, ils ont heurté l'arrêt de la dite descente, visiblement.

Reprenant mes aises, j'ai rapidement atteint le sol, ou plutôt le charnier où l'odeur pestilentielle de la mort régnait, le froid n'avait visiblement rien sauvé, rien épargné et par-ci par-là, la glace était soit recouverte d'un liquide écarlate, le sang, encore très frais, soit par des morceaux d'organes ou de crâne, ou un mélange des deux, cela ne me fit esquisser qu'une simple grimace, je jeta un simple regard au dessus de moi, puis, remarqua rapidement une ouverture bien trop parfaite pour être naturelle dans la glace, je m'y aventura et un malaise profond vint s'emparer de moi...Je déteste les espaces confinés ainsi et devoir traverser ces longs couloirs gelés, ces obscurs chemins qui menaient je ne sais où rompait toute contenance que j'avais, je tremblais...


Mais les tremblements vinrent être les derniers de mes soucis, la luminosité commençait à manquer, mais j'avais ce qu'il fallait, ma main droite vint rejoindre la poigne de mon épée afin de m'en emparer, la dégainant dans un silence profond, avant de murmurer une brève prière, afin d'incendier les runes sur la lame, et rapidement, englober cette dernière d'ardentes flammes, ma main gauche elle rejoint la tête de loup qui servait de pommeau et je vint la lever au niveau de mon visage, une posture des plus adaptées vu les étroits couloirs qu'il me fallait traverser, mes pas eux se déposèrent avec précaution sur la couche de glace au sol, pour m'assurer des appuis stables en cas de soucis et j'aurais mieux fait de me taire...

En un instant, un bref éclat, je pu voir une silhouette enfermée dans une cape bleuâtre se ruer vers moi, un traqueur du nord, ici ? Pas le temps de réfléchir, sa dague vint se ruer vers moi et ma parade fut simple, je vint frapper sa lame de la mienne pour dévier son coup et attraper la main tenant son arme, pour ensuite, claquer mon pied droit au sol, levant une colonnade pour réduire en poussière osseuse cette carcasse, l'écrasant contre le plafond de glace, aussi solide que la roche... Je n'étais pas seul, dans ces couloirs, à priori..

Je vint enjamber ce qu'il restait de la créature et repris mon chemin, toujours dans la même posture des plus prudente, usant de mon épée enflammée comme torche et très rapidement mes pas me menèrent dans une pièce bien plus large que ces couloirs, mais bien trop obscure pour que je ne puisse voir plus de cinq mètres devant moi, et c'est ce qui me joua de nouveau défaut, cette fois-ci, trois chafers vinrent se diriger vers moi, un lancier avec son bouclier, dont la pointe de l'arme était déjà dirigée vers moi, une brute, avec sa masse hérissée de piques ainsi qu'un autre, bien différent de ce que j'ai pu voir, orné dans une armure de plaques détruite à de nombreux endroits, trainant sa lame derrière-lui comme si elle pesait une tonne bien qu'elle était plus petite que la mienne, mais je ne devais pas me laisser avoir, je devais me concentrer...

Inspirer profondément...Fermer les yeux et les rouvrir et voir les opportunités, les tactiques possible, et d'une brève prière, je transposa avec la brute plus en arrière, je devais neutraliser le lancier, et une fois dans son dos, cela fut plus simple que je ne pu l'imaginer, tournant ma lame à l'aide de mes mains, je viens asséner un lourd coup en diagonal vers son épaule droite, tranchant dans les os gelé avec une certaine aise, j'étais habitué à ce qu'ils soient plus résistants...Mais je me suis tout de même fait prendre par surprise, la carcasse enfermée dans sa protection de plaques vint diriger sa lame d'un coup vertical vers mon épaule droite et je n'eut que peu de temps pour diriger mon estoc vers son crâne, tout en allant bloquer sa lame en bloquant sa garde à la mienne, empalant sa tête d'os d'un geste sec, ce qui visiblement fut assez pour le faire retomber en un tas d'os...Mais je suis trop inattentif, souvent, et ce maudit masque ruine ma visibilité, une douleur assez ample s'empara de mon épaule gauche, celle de la prothèse, les pics de la masse de la brute s'y étant logées...

Mais il en faut plus pour faire flancher un Sacrieur, je vint lever mon dit bras gauche, pour lever sa masse et créer une ouverture, assénant un large coup horizontal de ma lame pour sectionner mon adversaire en deux, tout en reculant délogeant la masse d'un bref geste rapide, bien que l'agitation me fit perdre quelques instants mon équilibre, heureusement, une paroi de glace épousa mon dos, dans un choc assez violent, mais que je ne ressenti qu'à peine... Ma respiration me manquait déjà, est-ce la claustrophobie ? Le fait que nous soyons si bas sous terre ? Que l'air est frigorifique..?

Tournant la tête, une ouverture dans la glace capta mon attention et je m'y aventura sans hésiter, délaissant la prudence de ma posture passée afin de me contenter de marcher dans ces longs couloirs gelés de nouveau pour me retrouver pris en proie par un puissant courant d'air glacé, mes pieds manquèrent de me faire atteindre un nouveau vide, car se présentait à moi un long tunnel dont je ne voyais pas le fond, dont les bords étaient ornées de planches de bois à distance non fixe, certains plus éloignées que d'autres afin de faire office d'escaliers, mes doutes étaient confirmés, quelque chose d'humain est déjà passé par ici... Et je n'avais pas d'autre choix, je devait descendre, un léger vertige m'enlaça, les marches craquantes sous mon poids, ou sûrement le fait que le bois avait été rongé par le temps...

Je me demandait ce qu'il allait advenir de moi, comment sortir d'ici, si je ne venait pas de m'aventurer vers l'inconnu pour ne jamais revenir...Ces craintes, ces questions firent gonfler mon esprit, mes pensées tout en créant des doutes, de l'incertitude, cela n'était pas bon...Je devais juste penser à comment survivre, je l'ai toujours fait, après tout, mais malgré la rapidité de ces pensées, je suis certain que cela faisait déjà une poignée d'heures que j'étais arrivé ici, le temps passe si vite lorsque l'on y fait pas attention...

Mon terminus eu la gentillesse de se présenter à moi par le biais de marches finales, bien travaillées elles et surtout, collées les unes aux autres, que j'emprunta dans une certaine rapidité et me retrouver au final, face à un nouveau long couloir obscur, bien que j'étais certain que des bruits en sortaient pour chatouiller mon ouïe, des voix..? J’accélère le pas d'un coup, la glace craquant sous certains de mes pas, ma lame en arrière pour éviter de me blesser comme un idiot, laissant trainer derrière-moi de petites étincelles de flammes éphémères, une lumière s'occupant à aller chatouiller désormais mes yeux, les voix se faisant plus claires, enfin...Quelqu'un ? De l'aide ?

Mais j'étais trop idiot et la lumière vint m'éblouir une fois au bout du tunnel, je me sentait tomber de nouveau, mais pour un moment plus court, une chute rapidement remplacée par des roulades, je dégringolait quelques chose, des escaliers ? Très certainement des escaliers vu les pointes de douleur et les petits bonds que je me retrouvais à faire, plus de bruit, plus de voix...Un silence d'or, suivi d'éclats de rires...Des rires ? Ces rires...

Sans hésiter je vint me redresser immédiatement, lever ma lame pour me faire menaçant, tenue au niveau de mes hanches, les mains toujours aux-mêmes endroits, la lumière m'éblouissant encore, mais cette ample tâche s'affaissa lentement afin de me laisser la chance, ou plutôt le malheur de pouvoir voir où j'avais attéri...

Une large pièce, dont le plafond était sûrement bien trop haut pour être visible, emplie de tentes, de caisses, d'hommes, d'armes, surtout d'hommes...Des hommes que je reconnaissait bien, qui me fixaient tous, un large sourire au lèvre, certains assis en train de jouer aux cartes, d'autres, en train de manger, certains en train d'aiguiser leurs lames, mais un certain groupe lui, semblait cercler un petit vide dans la foule, sans même me poser la question, je savais déjà pourquoi, qui...

"On peut dire que tu tombe à pic..." S'exclama une voix grave, rocailleuse, abimée, mature alors que l'origine de la voix fut rapidement dévoilée à mes yeux, un homme...Cet homme, aux cheveux grisonnants longs, mais attachés en queue de cheval, bien que quelques mèches lui tombent devant le visage, une carrure imposante, encore plus que la mienne, de ma taille, une carrure de Iop...Et un visage aux traits vieillis, mais des traits non pas inconnus, mes traits...Mon père...Je savais que j'étais venu le chercher ici, qu'on le cherchais, pourtant, j'étais partagé entre une surprise et une vérité..Je savais que je serais bien tombé face à lui...

"Alors, ça va mon gamin ? Pas trop fatigué ?" Rajouta-t’il, alors que ses rires vinrent briser le silence, rapidement suivi du rire de tous ses hommes, ce rire qui m'agace...Qui alimenta une rage soudaine, une colère des plus grandes en moi, me rompant les mots de la gorge pour faire avancer mes pieds, j'avais envie de voir son sang, de voir ses membres joncher le sol...Je pu sortir un cri incompréhensif, avant de rapidement me retrouver entouré dans des ronces, gelées aux points qui vinrent percer mon armure à divers endroits, c'est mon sang qui coula en premier...


"Oulà ! L'abimez pas tout de suite ! Je suis sûr qu'il veut faire un gentil câlin à son papa !"

"TA GUEULE !" Une réponse brève, sèche, je n'avais pas d'autres mots, mon sang bouillonnait, et pour me débarrasser des ronces, faire exploser un sang pour sang était ma seule option, option que j'entrepris sans hésiter, faisant résonner dans la pièce une énorme détonation sifflante, ma rage alimentait mon non-contrôle, les flammes vinrent jaillir de mes blessures, alors que je repris ma charge vers lui, m'arrêtant sur une bref glissade, dirigeant mon estoc vers ses entrailles...Et pourtant...

"T-t-t...Trop lent."
Furent les seuls mots que je pu entendre, chuchotés à mon oreille avant de me retrouver pris d'une violente douleur à mes propres entrailles, un choc violent, suivi d'un autre, qui vint me projeter plus loin en arrière, glissant sur la glace, mon souffle totalement perdu, mes poumons me faisaient mal, mon corps me faisait mal...Pourquoi ? Pourquoi je n'arrive pas à le frapper... Ses pas...Il s'approche, je vais...Je vais le tuer...

Je ne pensais désormais à plus rien, sauf lui, le tuer, sa mort, sa tête, sa dépouille, j'ignorais la douleur, je m'en abreuvais, mes coudes glissèrent sur la glace pour me servir d'appui, me redressant alors qu'un long souffle quitta mes narines pour former un petit nuage de buée, me relançant à l'assaut vers lui, dans une simple feinte, feintant un coup en diagonal, venant du sol vers son aisselle gauche, pour simplement tourner ma lame et diriger le tranchant vers son cou...Oui, ça va marcher...

Et pourtant, un lourd bruit de collision métallique résonna à son tour, sa lame ? Il a dégainé sa lame ? Une rapière ? Bien, je n'ai qu'à m'avancer et-...Non... Coupé dans mon élan, il s'est abaissé, agrippant mon col d'une main pour me jeter vers un tas de caisses, dans une grande aise, se cambrant pour donner de la force à son coup, le bois cédant sous mon arrivée brutale, des cris retentissaient, les hommes de mains de mon père...Nos acclamaient...

Il fit sauter sa rapière d'une main à une autre, pointée vers moi, je vint me redresser de nouveau, je devais être plus malin que ça, mais la colère était trop grande, mais j'avais une idée...Contrôlant mon sang, je vint l'englober sur ma lame, ce liquide écarlate flottant dans les airs pour rendre la flamme de ma lame plus intense encore et je me rua vers lui de nouveau, frappant dans un coup horizontal pour décaler sa lame, ma ruse elle, mise en effet, quelques goutes de mon sang enflammé se décrochant de la lame, s'étalant sur son visage, proche de ses yeux, alors qu'il amorca un mouvement de recul, baissant sa garde, oui..! je vint clore la distance entre nous, tournant ma lame en usant de ma main gauche pour faciliter ma tache et diriger ma lame, la rabattant vers son épaule droite, que je parvint à entailler, peu profondément, mais assez pour que son sang coule...Cependant...

Ce fut une victoire bien courte, il s'abaissa à nouveau, ramenant sa lame à lui d'un geste vif comme l'éclair, il souriait...Et sans un mot, sa pointe vint traverser mon plastron, ma chair, mon corps...Je n'arrivait plus à respirer...Mon cœur lui semblait peser une tonne...Mon corps était glacé tout entier...Seules mes mains vinrent rejoindre la lame plantée en moi, lame qu'il tira à lui d'un geste tout aussi bref et simple pour l'ôter d'en moi, me laissant rejoindre le sol, tel un arbre qui tombe, ma vue s'affaissant lentement, bon sang...En un coup..?

Comment ? Comment..? Pourquoi..? Pourquoi je n'y arrive pas..?

"Ne le touchez pas, laissez-le là, on lève camp maintenant, ça ne m'amuse plus ce petit jeu."

Enflure...
Mes yeux sont humides bon sang...J'arrive plus à respirer...J'ai mal...
avatar
Cephear
Grand spoileur

Messages : 19
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour une poignée de larmes

Message par Cephear le Mar 1 Avr 2014 - 21:29



Ses paupières, bien que lourdes vinrent s'ouvrir de nouveau, ses yeux caressés par une lumière bien vive, dans un réveil semblable à celui du petit matin, mais la morsure du froid l'enlaça dès ce dit éveil, la dite lueur dévorant désormais ses yeux, une torche allumée dont la flamme produisait la seule lueur désormais de la pièce où il demeurait depuis un certain temps, immobile.

Si l'on se fie à l'ample tache de sang sous sa carcasse, sèche, ou bien gelée, ça n'avait plus d'importance, chaque sensation revenait à lui telle une vague, un tsunami et la douleur encombra son torse, suivi de ses poumons, agressés par le froid, ses épaules, ses bras entiers, ses jambes, son corps tout entier était sujet à une proie, un engourdissement total, et une légère paralysie qui le forçait à rester collé au sol.

Ses poumons endoloris furent sujet à une vague d'air, très fraiche dans une faible inspiration, fébrile, saccadée par un gémissement plaintif, nul ne pourrait savoir ce qui lui donnait la force de bouger, l'instinct ? La peur de la mort ? en tout cas, ses bras bougèrent afin de poser les mains au sol et s'en pousser, se relevant légèrement, suivis de ses genoux qui glissèrent quant à eux sur la glace afin de le mettre à quatre pattes, reprenant une longue inspiration glacée avant de se redresser, ses mains glissant rapidement pour attraper son épée et aller la rengainer dans des geste peu adroits, marqué par la peine qui l'afflige...

Son regard se posa ensuite sur la torche, s'en approchant pour s'y pencher et la saisir, peinant à nouveau lorsqu'il tente de la désencastrer de la glace la levant au dessus de sa tête en étant submergé par une vague de douleur, l'empoignant dans sa main gauche pour éviter tout choc thermique avec la chair de sa véritable main, pour que cette dernière aille se poster contre son torse, là où il fut transpercé, serrant la plaie, remarquant enfin qu'en effet, il était glacé, que ses inspirations et expirations relâchaient des nuages de buées s'évaporant dans l'air...

Tout comme son regard, il était perdu, s'avançant un peu dans l'énorme chambre aux parois dévorées par le gel, cherchant une autre sortie que l'entrée par où il fut rentré, sortie qu'il trouva rapidement, un long tunnel, encore un, au fond submergé par les ombres et voilant sa longueur, bien que son état ne lui donnait aucun répit, il s'y aventura, préférant tenter que de crever, comme il avait l'habitude de dire et les traces dans la glace, ces traces de pas, de fardeaux trainés à même le sol lui donnait une piste, qu'il n'avait pas le temps de traquer, bien trop occupé à survivre.

...Pourtant, la vérité pesait et il la connaissait parfaitement, dans son état, il n'irait pas très loin, sans vivres, sans nourriture, sans eau, son destin était scellé, mais même blessé sans que personne le sache il avançait. d'une démarche aux pieds raclant la glace, parfois titubant, parfois boiteux, le tout dans une incertitude sous l'endroit où il arrivera, il devait juste avancer, arriver au bout, rien de plus...

Mais les dents du froid sont parfois aussi aiguisées que le plus tranchant des rasoirs, et cette même morsure lui ôta son ferme contact avec le sol, le faisant glisser pour se retrouver sur le côté, dans un souffle plaintif. Pourtant, il ne perdait aucune seconde, redressé pour s'adosser à une paroi du tunnel chaque expiration levant devant son visage un épais nuage blanchâtre de buée, une respiration rapide soulevant son torse en proie à une immense douleur qui ne veut pas partir...

Pris d'une soudaine fougue, il se remit sur pieds en s'aidant de la paroi de glace, expirant tout le long du mouvement dans un filet de buée. Une fois debout il délaissa la pression sur sa plaie dont le sang commençait lui-même à geler, puis se mit à reprendre sa marche avec une détermination un peu plus présente, sentant un léger courant d'air encore plus frais venant de l'obscurité devant ses yeux, se contentant pour la rompre d'attraper la torche ayant roulée plus loin, mais toujours intacte, la levant bien haut pour éclairer le plus possible devant-lui, mais étrangement la lumière n'allait pas si loin que ça. Puis lui pris une idée, il savait qu'avec une plaie ouverte comme celle-ci, chaque mouvement trop brusque serait une peine de plus, observant la torche un instant, il soupira pour ensuite décaler la tenue de la plaie et y faire aller la torche immédiatement, faisant crisser le cuir, mais surtout sa chair dont la fonte cautérisa la plaie, lui faisant relâcher un cri rauque ressemblant plus au grondement d'une bête enragée.

Ses pieds glissèrent sur la glace, manquait de le dérober de sa posture une nouvelle fois. Vite repris, il s'attela à avancer de nouveau, le souffle d'autant plus lourd sous la douleur plus imposante, mais familière de la brûlure. Il ne savait plus depuis combien de temps il était dans ce tunnel, il avait perdu la notion du temps, arrêté de compter. Le courant d'air lui se faisait de plus en plus imposant et c'est sans prévenir , en un simple clignement d'yeux qu'il quitta le dit tunnel pour se retrouver dans une pièce toujours de glace, mais ses sens ne le trahissaient pas, il avait bien quitté son chemin, et surtout, il n'était plus seul...

(Suite qui arriiiive)
avatar
Cephear
Grand spoileur

Messages : 19
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum