Murof et Ankama
WAKFU est un MMORPG édité par Ankama. "MuroForum" est un site non-officiel sans aucun lien avec Ankama.
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 37 le Ven 8 Nov 2013 - 21:56
Synthèse du Forum
Murof Community, Forum non-officiel des univers d'Ankama, ouvert le Mer 10 Nov 2010 - 16:12.

Nous somme le Ven 23 Fév 2018. Le Forum est donc âgé de 2662 jours.

La Murof Community compte actuellement 107 membres. Le dernier arrivant s'appelle MarcellaReming.

Nombre de posts à ce jour : 41626
Nombre de topics à ce jour : 495
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Meilleurs posteurs
Vlad' (3671)
 
Mimi (3574)
 
Moinonminou (2866)
 
Fao (2683)
 
Ninar (2239)
 
Ritreku (2228)
 
Kamilla (1912)
 
Jeananas (1780)
 
Boofmwa (1522)
 
Cat :p (1477)
 

Derniers sujets
» Héééé!
Ven 9 Fév 2018 - 11:02 par Pan

» La musique que vous écoutez en ce moment~
Ven 26 Jan 2018 - 6:39 par Pan

» C'EST QUI LA REINE?
Sam 5 Déc 2015 - 5:40 par Ninar

» Quand on veut, on peut pas toujours forcément, mais ça aide !
Mar 6 Oct 2015 - 12:24 par RYOUKE

» Second souffle
Jeu 1 Oct 2015 - 20:28 par Pan

» Topikaflood...?
Jeu 1 Oct 2015 - 17:59 par Ninar

» Nouvelle : Le Songe
Lun 28 Sep 2015 - 15:42 par Shola

» [Jeu Sans Mot] - La version Murof.
Dim 16 Aoû 2015 - 18:18 par Ruinemaru

» Le Multi-Contes
Jeu 13 Aoû 2015 - 15:38 par Invocage

» Ruinemaru au porte de la ville
Sam 8 Aoû 2015 - 2:59 par Mimi

» La Galerie de Kagu'
Ven 7 Aoû 2015 - 23:13 par Mimi

» Pokemob
Jeu 6 Aoû 2015 - 16:42 par Ruinemaru

» Il est temps maintenant
Mer 29 Juil 2015 - 19:16 par RYOUKE

»  ¤*[les dessins signés le chat]*¤
Mar 28 Juil 2015 - 22:03 par Ruinemaru

» Les dessins de Mimi la gameuse 8D
Mar 28 Juil 2015 - 21:26 par Ruinemaru

» ♦ Kaotika ♦ (En cours)
Mar 21 Juil 2015 - 17:52 par Shola

» KernavALPINPIN01
Dim 12 Juil 2015 - 19:30 par Cat :p

» Caitlyn Jenner
Dim 12 Juil 2015 - 19:29 par Cat :p

» Japan Expo 2015 o/
Jeu 2 Juil 2015 - 12:12 par Ninar

» ANNECY 2015
Lun 1 Juin 2015 - 21:19 par Mimi

Liens divers
Voici une liste de liens utiles aux utilisateurs du MuroForum. Pour tout ajout de liens quelconques, merci d'envoyer un Message Privé à Kamilla ou Ninar.

Liens internes
Page d'accueil
Portail du Forum
Calendrier des Event
Galerie
Liste des membres
Modèle de présentation
Murof, la fiction Originelle
Le coin détente

Liens externes
Ankama.com
Site officiel Wakfu
Fan-Arts du forum officiel
Imageshack
Noelshack
DeviantART
Tumblr
YouTube
Googles
Icon generators
Japanese emoticons

Murof, l'original

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Aller en bas

Re: Murof, l'original

Message par Ninar le Jeu 7 Mai 2015 - 12:30

Je ne sais pas comment vous introduire ce texte, mais vous savez à la fin de quoi je parle.

------

Partie Murof - transition: Une drôle de créature.

        Ce n’était pas la première fois que la jeune éliatrope scannait la ville de sa vision de wakfu lors de ses tournées. Certes, elle ne pouvait pas voir la nature des âmes comme les dragons, mais elle pensait que c’était nécessaire : quelqu’un pouvait mourir à n’importe quel moment et sa présence avec les familles pour le deuil l’importait beaucoup.

        Sa vie était devenue monotone depuis que ses amies avaient décidé de se déplacer dans le monde des Douzes. Shola était partie à l’aventure, Kamilla s’amusait beaucoup plus à Ecalgrin qu’à Murof, Marin était bien heureux à  l’armée bontarienne, Ankouh avait déserté et Cherry avait rencontré son dieu. Il y avait toujours Jeanne et Faolin, qui avaient toujours leur  bonne vie de famille, la nouvelle Aude Seltz était occupée à aménager son chez-soi et ouvrir son affaire, Sahym et Bin vivaient paisiblement ensemble, Kiri… Bon Kiri est toujours la même et enfin, son éternel Némésis, Léo Panthera faisait profil bas.

        Elle enviait ses amis, elle  voulait aussi sortir, elle voulait apporter du sien dans ce monde… Ce n’était pas possible, c’était trop dangereux, sortir de cette ville aurait d’horrible conséquences. Oh, rien de très dramatique, mais il valait mieux  qu’elle y reste. C’était décidé, le lendemain, elle organiserait un petit jeu dans la neige pour changer un peu l’ambiance, et il était temps, plusieurs murofiens avaient proposé des jeux d’hiver depuis la première chute de neige en novamaire.



        Sa tournée nocturne était terminée, rien de trop grave visiblement. Comme d’habitude. Faisons un dernier scan de la ville pour être doublement sûrs, qui sait ? Un manque d’attention pouvait être fatal. Et. Attendez, une forte concentration de wakfu apparaît, qui n’émanait pas de l’arbre central. Ce n’était pas possible. L’aura était exactement similaire à la sienne.

        Rien ne pouvait décrire le sentiment qui bourgeonnait dans son cœur. Serait-ce une personne de son peuple ? Un éliatrope ? Serait-ce Baltazar qui avait enfin décidé de lâcher son peuple de leur prison de brume intemporelle ? Déesse ! Ce serait magnifique ! Elle n’avait pas perdu une seconde. Elle se téléporta le plus vite possible vers cette lueur et se jeta dessus, l’étreignant de toutes ses forces.
-Qui êtes-vous ?
La voix était plus âgée qu’elle pensait. Si sa mémoire était bonne, les éliatropes d’Embrub étaient beaucoup plus jeunes. Elle désactiva enfin sa vision wakfulesque et regarda la personne en face d’elle. Grande déception. Ou bonheur ? Elle était très confuse à la fin.
-Oh, mais, ouiii ! La maire de cette ville, je me trompe probablement ?
D’où elle sort c’te pseudo… Oh, j’ai oublié de vous la présenter !
        Une jeune femme, un peu plus grande que notre justicière. Elle avait les cheveux roux et une coiffure très particulière, un peu dans le style d’un kralamour à deux tentacules mutées : Une énorme frange couvrait ses yeux, qui ensuite entouraient en bol le reste de sa tête, avec deux longues mèches qui arrivaient au niveau du diaphragme, oui, on ne va point dire ce mot dans ce texte. Sa salopette était d’un mélange de blanc ivoire verdâtre, une charmante couleur vomi pour être bref, un haut ridicule à rayures verticales et pour couronner la catastrophe vestimentaire, des collants noirs. Oui, des collants noirs, non opaques. On ne va quand-même pas nier le fait que son visage était d’autant plus effrayant. Tout pâle, parsemé de tâches de rousseurs, ses lèvres et ses globes oculaires étaient d’un bleu spécifique, le bleu wakfu et des… tatouages autour de ses yeux et de sa bouche, je suppose ?

        Ce qui rendait encore plus perplexe notre justicière était son bonnet, qui ressemblait au sien, exactement la même coupe, avec en plus des sortes de rayures ivoire un peu partout. Ce n’était pas une éliatrope, certainement, mais pas très loin…?
-Je vous retourne la question, qui ÊTES-vous ?
La drôle de créature écarquilla des yeux, puis rit.
-Ah ! Ah ! Mais oui bien sûr, en effet, certainement.
Elle s’arrêta, se regarda et reprend.
-Malha Droit ! Je suppose, enfin, supposer n’est pas le mot correct, mais depuis ma présence inexpliquée dans ce monde, instinctivement, ce nom était gravé dans la machine qui sert à réfléchir, vous savez, peut-être, ce qu’il y a dans la tête ?

        Ninar ne voulait plus entendre quoi que ce soit, tout ce qu’elle voulait maintenant, c’était fuir, mais par politesse, elle s’était retenue. Déesse Éliatrope  et Grand Dragon, combien de prières faudrait-il effectuer pour que vous répondiez aux milles questions qui fusaient dans sa boîte crânienne ?
-Vous êtes « quoi » au juste ? Vu que le nom ne suffisait pas.
Malha Droit se tut un instant, comme honteuse.
-Ma question vous gêne ? La justicière commença à avoir un peu de pitié.
-Pas du tout, pas du tout, madame Ninar.
L’éliatrope fit un geste de recul. Maintenant elle connaissait son nom sans qu’elle le lui donne ?
-Pour vous répondre, enfin, je suis une éliotrope, je crois, enfin, encore un de ces mots, expressions, qui sont inscrits dans ma machine qui réfléchit. C’est lié à un sorte de roi-dieu et… Je ne sais pas plus, j’ignore le reste, désolée, mes excuses.
Roi-Dieu ? Éliotrope ?
C’était trop.
Assez.
Suffisant.
La goutte qui déborda sur le vase.
La curiosité de la jeune maire la garda clouée à sa place au lieu de fuir en hurlant.
-Comment vous savez mon nom ?
-Je suis apparue dans cette ville et restée cachée depuis un an et quelques mois. Vous êtes très populaire, je ne me trompe pas ?

        Pourquoi son aura était-elle visible ce soir? Elle s’assurait tous les soirs qu’elle avait bien scanné la ville. Soit c’était un manque d’attention ou un…
Oh putain ne me dites pas que c’est un de ces foutus paradoxes temporels à la con qu’on a du mal à expliquer au lecteur. Putain de merde. Putain. De. Merde. Saloperie de sa…
-Excusez moi, je viens de recevoir un peu trop d’informations en un coup.
L’éliatrope s’installa sur le banc le plus proche, suivie par l’éliotrope qui s’était permise de s’asseoir à côté d’elle. Toutes les deux regardaient leurs pieds, mais pas pour la même raison. Malha avait honte, elle croyait avoir blessé Ninar, qui avait du mal à faire face à cette nouvelle réalité et commençait à remettre en question toute son existence sur ce monde. Baltazar mentait tout ce temps sur l’île cachée par la brume ?
Malha fut la première à briser le silence.
-Tout ce temps depuis mon apparition, j’ai une grande question qui me turlupine, turlute, qui ne cesse pas d’aller et revenir, qui cherche une réponse et ne trouve pas, vous voyez ce que je veux dire ?
L’éliatrope répondit avec une onomatopée et brève en hochant doucement de la tête à la question de l’éliotrope. Cette dernière continua aussitôt :
-Apparemment, si je ne me trompe pas, il y a d’autres éliotropes dans ce monde, chacun tombé, chuté, atterrit dans un endroit défini, choisit, au hasard et à un âge spécifique, c’est bizarre, étonnant, confus, non ?
Ninar aurait supplié à Léo de lui tirer une balle en l’écoutant dire ces mots.
-Je veux dire, exprimer, pourquoi ce monde, pourquoi cette ville ?
-Toute chose à une raison, hein, et c’est tout ce que la justicière lui trouvait à dire pour lui répondre.
L’éliotrope se tut et lâcha une onomatopée brève qui exprimait sa compréhension soudaine des paroles de la justicière.
-Donc, j’ai une certaine, spéciale, grande destinée à accomplir ?
-… Sûrement, pas forcément grande, mais, c’est possible.
Elles se scrutèrent dans leurs globes oculaires.

        Il faut avouer que Ninar avait du mal à scruter cette nouvelle créature dans les yeux. Le bleu qui envahissait complètement ses globes oculaires et qui s’éparpillait sur son visage l’effrayait plus que tout, mais Madame la justicière n’avait peur de rien, Madame la justicière pouvait même aller voir la Mort dans les yeux et ce n’était pas une anomalie divine qui la ferait vaciller, donc elle fit de son mieux à maintenir le contact visuel sans lâcher un tout petit éclat de rire nerveux.
-Donc ma présence ici est un signe, un indice, une prémonition ? Commença Malha Droit.
L’éliatrope ne pouvait que répondre avec un signe positif très lent de la tête, mais extrêmement lent.
-Alors, pourquoi vous ? Pourquoi votre personne ? Vous êtes une simple maire de ville si ma mémoire ne fait pas erreur, se trompe, défaille.
Pourquoi elle, en effet, pourquoi elle.
-Ben, euh, oui, je suis maire, en effet. Faut avouer que je suis quand-même étonnée que j’aie pu arriver à ce niveau en quatre ans.
Malha la scrutait à nouveau. Putain, elle lui faisait vraiment peur.
-Donc, cette attraction, cet aimant qui est vous, cette attirance, ces mois à vous observer, surveiller, regarder, espionner en cachette, il y a un truc ?

        Pardon ? Espionnait ? Surveiller ? Pendant plus d’un an, cette créature la regardait de près sans qu’elle le sache ? Ah oui, le paradoxe temporel, tout s’expliquait finalement. S’expliquait, pas vraiment, car le paradoxe temporel était souvent utilisé comme une mauvaise excuse pour les écrivains ou narrateurs fainéants.
Ahem. On continue !
-Je suppose, oui, dit-elle en tout diplomatie.
La créature retomba à nouveau dans une réflexion intense.
-Vous pensez, supposez, estimez que nos destinées sont similaires ?
-Qu’est-ce que vous voulez dire par là ?
Malha haussa les épaules.
-Vous dirigez, menez, gérez une ville. Moi, je pourrais, avoir la capacité de faire la même chose,
L’éliatrope ne trouva rien à dire.
-Je suis destinée à créer et diriger un grand truc, et crever après !?
L’éliatrope eut encore un autre geste de recul. Malha se remit à réfléchir, puis se leva.
-Madame la maire, est-ce que vous voudrez bien, auriez la motivation, la volonté de me prendre en charge pendant une période indéfinie, courte probablement ?
La justicière voulait hurler, mais non, elle répondit simplement :
-Louez une chambre à l’Auberge qui Roxxe, à mes frais, je vous donnerais une réponse demain.

-----

        La justicière passa le reste de sa nuit à garder les yeux ouverts et réfléchir à la proposition de Malha Droit. Il n’y avait aucun risque à la prendre sous sa tutelle temporairement, si elle décida bien sûr de quitter la ville après son bref apprentissage ou stage.

        Depuis le départ de Shola à l’aventure, elle travaillait seule avec la secrétaire qui faisait bien son travail, mais deux personnes à travailler dans une administration, c’est plutôt maigre, l’éliotrope pouvait être utile à faire les petits boulots pour ranger la paperasse la journée et elle lui expliquerait le soir, pendant ses tournées de surveillance, son expérience en tant que maire et sa montée au pouvoir. Montée au pouvoir, humm, c’est trop important, disons plutôt sa promotion.



        Plus de positifs que de négatifs, l’éliatrope n’avait pas suffisamment de raisons objectives pour l’envoyer bouler. Elle s’enfonça la tête dans son coussin, en espérant qu’elle y étouffa dans son sommeil.

-----

-Pendant votre apprentissage, vous accompagnerez la secrétaire pendant la journée, elle vous montrera comment organiser la paperasse et s’assurer que tout est en règle, enfin tout ce qui est bureaucratie.

        L’éliotrope était fascinée de mettre les pieds dans un lieu si, imposant, l’administration de la ville, son intérieur, ce grand bureau de bois verni dominé par la machine à écrire, ces sièges turquoises moelleux, le lustre de cristal qui étendait la lumière de la justice, de l’égalité et la liberté le soir. Tout l’intérieur criait beauté, intelligence, prestige, excellence et contrastait avec l’extérieur, proie de toutes sortes de folies des habitants.
-Vous faites attention madame Droit ?
Cette dernière sortit de sa rêverie.
-Oui, journée, matinée secrétaire, c’est bien ça ? Hésita l’éliotrope.
-Et…?
-Et…?
Ninar se frotta les yeux avant de reprendre.
-Le soir, vous m’accompagnerez pendant mes tournées, je vous expliquerais le côté exécutif du pouvoir.
Malha hocha frénétiquement de la tête.
-D’accord, d’accord.
-Alors, prête à commencer la journée ?

-----

        L’apprentissage de Malha ne dura que trois mois et un peu plus. Gérer une ville aussi petite que Murof n’était pas très compliqué et avec Ninar, c’était assez rapide : elle voulait en finir avec le plus rapidement et se débarrasser de cette créature intimidante qui la regardait avec les gros yeux à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche, digne d’un pichon ahuri. Les gros yeux, enfin, elle avait une grosse frange qui cachait ses yeux. Merde. Heureusement que la créature apprenait rapidement, la secrétaire lui donna des cours intensifs de lecture et d’écriture, puisqu’elle ne savait pas lire et écrire avant de mettre les pieds dans les lieux. Pas étonnant, vu que ses uniques connaissances n’avaient pour source que ce qui était implanté dans sa « machine à réfléchir ».

        Bref, la justicière se permit de tester ses connaissances et ses compétences nouvellement acquises, à sa grande surprise, elle avait presque tout comprit et ne fit presque aucune faute. Elle était maladroite dans sa manière de parler, cela pouvait s’arranger avec un peu de lecture, et glissait régulièrement sur le sol carrelé de la mairie. Voilà ses seuls défauts qui risqueraient de l’handicaper mais étaient surmontables en général. Le reste, parfait, elle s’occupait bien de la paperasse, faisait preuve de bonne observation lors des tournées nocturnes et avait compris comment trouver plusieurs solutions à un problème administratif.

        Ah, encore un autre souci pour Ninar : Malha était devenue vraiment, utile, surtout, utile. La secrétaire affirmait en privé à la justicière que la présence de la créature était devenue presque indispensable et a rendu le travail, et je cite les mots de la secrétaire « la productivité au bureau a augmenté de cinquante-huit virgule cinq dixièmes, neuf centièmes, sept millièmes, à l’arrivée de cette jeune femme, c’est tout bonnement merveilleux madame la maire, mieux que cette zobal ! ». Merveilleux, oui, merveilleux, en effet merveilleux. Monsieur Merveilleux, qui laissa planter le dilemme Korléniené" dans l’esprit de la justicière.
Virer Malha Droit du bureau de mairie ou ne pas virer Malha Droit, telle est la question. Le soir portera probablement conseil et prions Éliatrope pour la salvation de ce dilemme qui germait dans son esprit.

------

        Salvation arriva deux semaines plus tard. Malha vint à la mairie, avec la volonté de présenter ses projets, notés avec une écriture point terrible, pour qu’ils puissent être approuvés par la maire.
-Bon, voilà, voilà, j’y ai pensé un peu il n’y a pas longtemps, long espace de temps, un moment.



        L‘éliotrope posa un dossier d’une dizaines de feuilles complètement noircies, organisées, structurées en plans avec des arguments et exemples qui tenaient la route. Un bon travail d’écolier ou disciple d’érudit. Ce qui était dommage, c’était le fait qu’elle aurait pu le taper à la machine et non à la main, car lire son dossier lui donnait la vague sensation de lire un livre écrit par un chacha boiteux.
-Voilà, je souhaite commencer mon propre truc, projet, vous voyez ce que j’insinue, je veux dire ?
L’enthousiasme de Malha croissait au fur et à mesure et se cassa à la réponse de Ninar.
-Je vois ça, je lirais ça ce soir et je vous dirait mon avis demain. Vous pouvez disposer.
La justicière supporta quelques instants pour feuilleter l’œuvre et aussitôt l’éliotrope sortit du bureau en fermant bien la porte, et plongea dans la lecture rapide du dossier pour abréger sa souffrance.

«
Les Crouneurs.

        Avant d’aborder mon projet, je souhaite expliquer les raisons qui m’ont incité à vouloir l’appliquer. Tout d’abord, je tiens à vous dire que les artistes à Murof sont fascinants. La Crâ, Nannerl, qui joue à l’Auberge qui Roxxe, par exemple, cette finesse dans ses doigtés, sa passion qui s’exprime à travers les notes. Chaque concert est un divertissement sans pareil pour les oreilles de toutes sortes, que ce soit un homme d’une virilité incalculable ou un chacha qui a l’habitude de se désintéresser de tout.
        Au fil de ses concerts, une idée se développe dans ma boîte crânienne. La musique est un concept magnifique, même fascinant ! Elle réunit ses auditeurs dans une harmonie spectaculaire où tout le monde en ressort joyeux ou transporté sur un nuage de sucre imaginaire qui symbolise son extase. Lors d’une discussion avec cette Nannerl, elle me fit part de sa vie, des obstacles, des personnes horribles qu’elle a rencontrée lors de ses périples. Oh la pauvre !
C’est là où mon idée s’est concrétisée.
        Une troupe musicale, constituée par de fins musiciens, recrutés de toute part du Monde des Douze, pour transmettre les joies et les vertus de la musique pour réunir le monde et essayer de mettre fin à la violence.
Certes, on fera face à certaines difficultés, retrouver des bons musiciens dans ce monde est un travail fastidieux, les obstacles qui se dresseront sur le chemin, l’argent qui sera essentiel pour bien s’assurer que la troupe fonctionne.
        Je suis certaine que, avec beaucoup de volonté et les bonnes personnes, ce projet pourra prospérer, même croître, pour pouvoir devenir plus important que le projet d’origine. »

Et chers messieurs, ce n’était que l’introduction de son projet.

-----

        Le départ de Malha avait surtout touché la secrétaire : elle avait pleuré, enfin, pleurer, lâché une seule et unique larme plutôt et ça voulait dire beaucoup de la part de la secrétaire. La créature avait autant d’effet sur la secrétaire ? En si peu de temps ? Pour Ninar, non, elle attendait ce moment depuis toujours, mais toujours. Elle accepta de l’accompagner dans les premiers temps, lui donner une idée des nations, où elle pourrait commencer sa communauté et qui contacter grâce à Klaook qui, avant d’arriver à Murof, avait connu certains aventuriers ayant retrouvé refuge dans son ancienne cabane, située dans la Futaie Trouée à Amakna.

On pouvait bien comprendre pourquoi Ninar voulait bien faire tout ça.
Un peu d’aventure.
avatar
Ninar
Administrateur du MuroForum
Administrateur du MuroForum

Messages : 2239
Age : 19
Localisation : Dans une cabane sur le grand arbre dans le parc du Ère Pay.

Fiche de Personnage
Situation : Célibataire endurci
Description : ALORS ON KUNG FU QUOI?
Âge RP : 18 ans

Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum